L’AVEQ condamne les hausses et la dérèglementation à Concordia et ailleurs

L’AVEQ condamne les hausses et la dérèglementation à Concordia et ailleurs

Montréal, le 22 novembre 2016

L’AVEQ réitère son opposition totale aux hausses des frais de scolarité proposées pour les étudiant.e.s internationaux inscrit.e.s dans les programmes dérèglementés à l’Université Concordia, ainsi que son opposition générale aux hausses, à la dérèglementation, et à la modulation des frais. Aujourd’hui, nous lançons une campagne dans l’objectif d’informer et de mobiliser les étudiant.e.s de partout au Québec sur les impacts de la dérèglementation.

Notre position est claire: l’enseignement supérieur doit être accessible et d’une haute qualité, et nous devons atteindre la gratuité scolaire à travers un financement public adéquat du réseau universitaire. La récente révélation que l’Université Concordia prévoir l’instauration de hausses des frais de scolarité pour les étudiant.e.s internationaux par biais d’un modèle de « prix cohorte » est un pas régressif dans la mauvaise direction. Nous sommes aussi déçus que cette décision a été prise sans transparence ni consultation étudiante.

Nous sommes préoccupés par l’impact direct que cela aura sur nos membres qui sont inscrit.e.s dans ces programmes à Concordia. Les étudiant.e.s internationaux paient déjà les frais de scolarité les plus élevés, ce qui réduit l’accessibilité aux étudies supérieurs, particulièrement pour les étudiant.e.s issu.e.s de familles moins bien nanties. Ces programmes deviendront encore moins accessibles, exacerbant la tendance à concevoir l’enseignement supérieur comme étant un privilège plutôt qu’un droit qui existe actuellement au Québec. Tou.te.s les étudiant.e.s- y compris les étudiant.e.s déjà inscrit.e.s- qui changent de programme d’études ou qui ont besoin de plus de temps pour terminer leurs études pourraient se voir pénalisé.e.s par des hausses de frais soudaines se leur « prix cohorte » original ne s’applique plus.

Nous sommes troublés après avoir pris connaissance que l’Université Concordia planifie des hausses d’inscription des étudiant.e.s internationaux ciblé.e.s ayant comme seul but d’hausser ses profits. Cette pratique déshumanisera les étudiant.e.s, et amplifiera un climat destructeur de compétition entre étudiant.e.s internationaux et domestiques si les politiques d’admission sont ajustés afin de favoriser les étudiant.e.s internationaux plus profitables.

Nous sommes également préoccupés par les effets que cette hausse aura sur d’autres universités. Premièrement, ce précédent pourrait encourager d’autres établissements à mettre en place des politiques nuisibles similaires. Deuxièmement, elle augmenterait l’écart de financement entre les universités dans les grandes villes et les universités régionales. Contrairement aux frais de scolarité réglementés, qui sont redistribués dans tout le réseau par le gouvernement du Québec sur une base égale (calculé par étudiant.e),les frais dérèglementés restent à l’université qui les perçoit. Ainsi, les universités régionales, qui ont tendance à inscrire moins d’étudiant.e.s internationaux, devront se contenter d’un financement stagnant en même temps que les revenus des universités urbaines croissent en raison des frais de scolarité dérèglementés.

Le message est clair: les démarches qui visent la dérèglementation et la hausse des frais de scolarité menacent les étudiant.e.s, les universités, et la société. L’enseignement supérieur est un droit et un bénéfice social, et non un produit à marchandiser. Nous appelons l’Université Concordia à annuler immédiatement ses hausses planifiées, et nous appelons le Gouvernement du Québec à réglementer et à réduire les frais de scolarité pour tou.te.s. Nous exprimons notre solidarité avec les étudiant.e.s à Concordia et partout au Québec qui luttent contre les hausses et pour la gratuité scolaire.

L’AVEQ a pour mission de défendre et de représenter les étudiantes et les étudiants autant francophones qu’anglophones tout en accordant une attention particulière à la réalité de la population étudiante régionale. L’AVEQ représente déjà 33 000 étudiantes et étudiants au Québec, et des associations représentant plus de 100 000 étudiantes et étudiants participent activement à sa construction.

-30-

Contact:

Isaac Stethem

Conseiller à l’exécutif/Relations médias francophones

cons.exec@aveq-nous.ca

1-888-994-9177 poste 1

Kristen Perry

Responsable à la mobilisation et au développement associatif/Relations médias anglophones

mob.dev@aveq-nous.ca

1-888-994-9177 poste 3

###