Compte-rendu de réunion: Peter Schiefke, secrétaire parlementaire au premier ministre (jeunesse)

Compte-rendu de réunion: Peter Schiefke, secrétaire parlementaire au premier ministre (jeunesse)

Le 21 novembre 2016, nous avons rencontré à Ottawa Peter Schiefke, député fédéral pour Vadreuil-Soulanges et secrétaire parlementaire (jeunesse) au premier ministre Justin Trudeau.

En priorité, nous avons expliqué le rôle et le travail de l’AVEQ au sein du mouvement étudiant québécois, ainsi que les positions politiques ayant un rapport avec des dossiers fédérales qui ont été adoptées par consensus entre les associations qui participent à notre processus démocratique. Nous avons structuré la réunion autour de la justice environnementale, sociale, et fiscale, et le financement de l’enseignement.

Une partie importante de la conversation a porté sur le désir pour de l’action climatique ambitieuse et une transition énergétique mettant fin à la dépendance sur les combustibles fossiles. Les négociations climatiques COP22 et les décisions qui s’en viennent sur l’oléoduc Kinder Morgan TransMountain ont rendu cette discussion particulièrement pertinente. L’opposition de l’AVEQ à tout pipeline utilisé pour le transport de combustibles fossiles a été clairement exprimée, et nous avons aussi mentionné que les subventions à l’industrie des combustibles fossiles nuisent aux avancements généralement positifs dans la stratégie nationale du prix du carbone, et envoient un message fiscal contradictoire aux compagnies.

Nous avons mentionné l’importance de favoriser l’équité et l’accessibilité dans la politique publique, spécifiquement en appelant à inclure davantage les groupes traditionnellement sous-représentés dans les processus de prise de décision. L’importance de reconnaitre la souveraineté et les droits des peuples autochtones a été soulignée, et nous avons signifié notre appui à une hausse de financement aux programmes d’éducations pour les Premières nations. Nos positions et travaux en ce qui concerne la lutte contre le harcèlement et la violence à caractère sexuel sur les campus ont également faite partie de la discussion.

Nous avons discuté du financement adéquat à l’enseignement supérieur et à la recherche, notant que bien que le gouvernement actuel a haussé le financement fédéral à la recherche, ce financement demeure inférieur à ce qui existait avant 2007. La question de la propriété intellectuelle des étudiant.e.s dans le contexte de la recherche a été discutée, spécifiquement en ce qui concerne la hausse de financement privé de la recherche et la place plus importante accordée à la recherche appliquée. Finalement, nous nous sommes prononcés en faveur d’un réinvestissement général dans les services publics, et de la gratuité scolaire.