Réaction à la loi 62: Aucune place pour l’islamophobie et le racisme

Réaction à la loi 62: Aucune place pour l’islamophobie et le racisme

Montréal, le 27 octobre 2017

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Plus tôt en octobre, le Parti Libéral du Québec déposa son projet de loi 62 à l’Assemblée Nationale, visant supposément à assurer la neutralité religieuse de l’État. Cependant, en ciblant la perception de services à visage découvert, cette politique vise spécifiquement les femmes musulmanes portant le niqab ou la burka. La loi restreint directement l’accès aux services publics importants et sert à renforcer encore les barrières contre celles et ceux qui sont déjà parmi les plus marginalisés dans nos communautés.

Ironiquement, avant que le projet de loi soit adopté, le Parti Libéral décida d’annuler les consultations gouvernementales portant sur le racisme systémique au Québec. Il est clair désormais qu’il n’y a aucune volonté politique de s’attaquer au racisme présent au Québec, mais qu’il est plutôt encouragé et renforcé par le gouvernement lui-même. L’adoption d’une telle loi ne fait que renforcer la rhétorique islamophobe en perpétuant une stigmatisation institutionnalisée des femmes portant le voile. Alors que des groupes haineux apparaissent partout au Québec et que ceux-ci prennent de l’ampleur, il est plus important que jamais d’être solidaire aux groupes marginalisés et de s’opposer aux efforts visant à institutionnaliser l’islamophobie.

L’AVEQ dénonce l’islamophobie systémique qui persiste dans la société québécoise ainsi que les difficultés vécues par les communautés racisées en raison de cette islamophobie, notamment en matière d’accès à l’emploi, d’accès aux soins de santé, d’accès à l’éducation, de profilage par les corps policiers et de violence à caractère haineux. Nous condamnons la tentative du gouvernement d’utiliser des vêtements religieux, y compris le hijab, le niqab et la burqa, pour justifier la stigmatisation, la persécution, l’ostracisation et la promotion de la violence étatique et interpersonnelle envers les femmes qui choisissent de les porter.

L’incohérence dans le message des élu.e.s concernant la portée et les règles d’application de cette loi malavisée est également troublante. L’incapacité des ministres de la justice et de l’enseignement supérieur de fournir des instructions et des interprétations cohérentes de la loi est une indication claire du caractère arbitraire de celle-ci. Nous sommes heureux de voir la réaction des universités et des syndicats qui maintiennent que nous avons la responsabilité de maintenir un environnement d’apprentissage sûr et inclusif sur les campus et dans les salles de classe pour toutes et tous.

L’AVEQ réaffirme que l’éducation et les autres services publics devraient être facilement accessibles pour toutes et tous. Plusieurs de nos membres sont des étudiant.e.s musulman.e.s et nous leur offrons notre amour et notre soutien comme toujours, tout en sachant que des mesures concrètes doivent être prises. Nous appelons donc les organisations ainsi que les citoyennes et citoyens à rejeter l’islamophobie et le racisme et à contester le projet de loi 62 par divers moyens, notamment en contactant les élu.e.s, en contestant devant les tribunaux la loi et en prenant des mesures individuelles pour résister à l’application de cette loi. Il est particulièrement important que les gens prennent l’initiative d’intervenir dans les cas de discrimination, de harcèlement et de violence s’ils et elles sont en mesure de le faire en toute sécurité. Nous encourageons les étudiant.e.s ainsi que les membres de la communauté à s’entraider, en particulier celles et ceux qui sont les plus touché.e.s par ce projet de loi et par la discrimination et la violence de l’État dans la société.

Nous allons nous mobiliser en solidarité avec la grande manifestation contre la haine et le racisme à Montréal le 12 novembre et en soutenant les étudiant.e.s et les associations étudiantes de la province dans leurs actions contre le projet de loi 62 et contre l’islamophobie sur nos campus et dans la société . Nous vous invitons à nous rejoindre.

– 30 –

Contacts:

Sophia Sahrane, Responsable à la recherche et pédagogie
rech.ped@aveq-nous.ca
1-888-994-9177 poste 205

Kristen Perry, Responsable à la mobilisation et au développement associatif
mob.dev@aveq-nous.ca
1-888-994-9177 poste 202