Projet de loi 151 : L’AVEQ réclame une place centrale pour les survivant.e.s

Projet de loi 151 : L’AVEQ réclame une place centrale pour les survivant.e.s

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Québec, 27 novembre 2017.

Le 22 novembre, l’Association pour la voix étudiante au Québec (AVEQ) a participé à l’Assemblée nationale aux auditions de la commission de la culture et de l’éducation quant au projet de loi 151 visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur. L’AVEQ tient à souligner l’ouverture de la ministre Hélène David sur certains éléments et à réitérer l’importance d’augmenter et régulariser les enveloppes budgétaires dédiées aux groupes communautaires et aux établissements afin de combattre les violences à caractère sexuel, et rappelle que les forces policières ne doivent pas être citées dans le projet de loi comme étant une ressource externe avec laquelle les universités doivent collaborer étroitement.

La ministre a exprimé vouloir examiner plusieurs des recommandations de l’AVEQ telles que d’inclure dans le projet de loi un lexique de définitions, de créer un comité de travail dans chaque établissement ainsi qu’un bureau de plaintes indépendant. Il importe toutefois d’insister sur le rôle des forces policières.

« Nous recommandons de retirer la mention des corps de police en tant que “ressources externes” du projet de loi puisque nous ne les croyons pas utiles quant à la prévention et la lutte contre les violences à caractère sexuel. Les établissements d’enseignement supérieur, lorsqu’ils se tournent vers des ressources externes sur cet enjeu, devraient collaborer davantage avec des groupes communautaires locaux comme les CALACS. Considérant les nombreuses expériences négatives avec la police vécues par des survivantes, sans compter les agissements des corps policiers envers certaines communautés – nous n’avons qu’à penser aux témoignages de femmes autochtones à Val-d’Or -, il est tout à fait normal que les corps de police soient exclus de ce projet de loi. Tant qu’il y aura du racisme, du sexisme, de l’homophobie, de la transphobie et de la maltraitance envers la population québécoise et les peuples autochtones, l’AVEQ s’opposera à ce que les corps policiers participent activement à la prévention et à la lutte des violences à caractère sexuel dans nos universités », a expliqué Sophia Sahrane, responsable à la pédagogie et à la recherche à l’AVEQ.

Certains membres de la commission ont en outre posé des questions pertinentes sur la quantité de ressources qui devraient être attribuées aux établissements d’enseignement supérieur. « Tel que mentionné dans nos recommandations, le projet de Loi 151 devrait définir les ressources minimales pour les établissements d’enseignement supérieur, en terme de santé mentale, de soins infirmiers et de services d’accompagnement. Il est aussi important de ne pas oublier les établissements en région lors de l’application de cette loi et de ses ressources. Les établissements d’enseignement supérieur en région ont certes moins d’étudiantes et d’étudiants, mais ils n’ont pas moins de besoins pour autant. Alors que les ressources en région se font parfois déjà rares, il ne faut pas non plus oublier que l’austérité des dernières années a particulièrement affecté les universités en région », a souligné Perrine Argilès, responsable à la coordination générale à l’AVEQ.

Enfin, les porte-paroles de l’AVEQ ont déclaré que contrairement à ce que peut laisser entendre le projet de loi dans sa forme actuelle, il n’y a pas que les relations professeur-étudiant.e qui peuvent constituer des relations d’autorité ou avoir un impact sur le parcours académique des étudiant.e.s.

L’Association pour la Voix Étudiante au Québec (AVEQ) a pour mission de défendre et de représenter les étudiantes et les étudiants autant francophones qu’anglophones, tout en accordant une attention particulière à la réalité de la population étudiante régionale. L’AVEQ regroupe déjà plus de 47.000 étudiant.e.s provenant de trois associations membres, et d’autres associations participent activement à son développement.

-30-

Relations médias:
Olivier Lacelle, Attaché politique
1-888-994-9177 poste 101
att.pol@aveq-nous.ca

About the Author: