Retour sur le forum sur les agressions et le harcèlement sexuels

Retour sur le forum sur les agressions et le harcèlement sexuels

Le 14 décembre dernier, l’Association pour la voix étudiante au Québec (AVEQ) a participé au Forum sur les agressions et le harcèlement sexuels se déroulant au Centre des congrès de Québec. L’événement a permis à l’AVEQ de faire suite au projet de loi 151 et de discuter avec plusieurs organismes communautaires et gouvernementaux des solutions quant aux violences à caractère sexuel dans les milieu de travail, dans les institutions ainsi que dans la société en général.

L’AVEQ tient à féliciter l’organisation rapide d’un forum sur la violence à caractère sexuel et à saluer la présence de plusieurs organismes à travers le Québec. L’AVEQ est toutefois déçue du manque de diversité et de représentation lors du panel en avant-midi. En effet, nous aurions voulu y voir une plus grande diversité (Autochtones, personnes racisées, communauté LGBTQ+, etc.) ainsi qu’une plus grande place pour les survivant.e.s. Nous sommes aussi déçu.e.s que notre question concernant les corps policiers n’ait pas été répondue, et ce, malgré que deux agentes de la Sûreté du Québec (SQ) étaient présentes lors du panel.

« L’AVEQ s’est opposée, lors des consultations sur le projet de loi 151, à ce que les corps policiers soient des ressources externes pour les campus. Les victimes, particulièrement lorsqu’elles sont autochtones, racisées ou faisant partie de la communauté LGBTQ+, ne font généralement pas confiance à la police, et avec raison. Quelle place doit alors occuper la police quant aux violences sexuelles? Comment comptez-vous changer la culture policière? » a demandé Häxan Bondu, responsable aux affaires sociopolitiques à l’AVEQ.

Quant aux annonces faites par le gouvernement à la fin du Forum sur les agressions et le harcèlement sexuels, l’ambiance laissait présager que les organismes présents n’étaient pas complètement satisfaits. De ce fait, l’AVEQ doute que le 25 millions de dollars (sur une période de 3 ans) annoncés pour lutter contre les violences sexuelles, dont 17 millions $ aux organismes, soit suffisants pour soutenir toutes les victimes et les survivant.e.s partout au Québec. L’AVEQ appuie l’éducation sur la sexualité et le consentement obligatoire pour tous les élèves du primaire et du secondaire. Cependant, puisque cette nouvelle charge tombera entre les mains des enseignant.e.s et ne sera pas un nouveau cours offert par des experts, l’AVEQ se permet de douter de l’efficacité de cette mesure.

About the Author: